Bâtiment industriel : tout savoir !

Bâtiment industriel : tout savoir !

Construire votre bâtiment industriel est un parcours qui peut sembler difficile et complexe. Du choix du terrain adapté à sa construction, de nombreuses étapes toutes aussi importantes les unes que les autres vous attendent. Comment bien planifier tout le déroulé de la conception de votre bâtiment industriel pour y arriver sans encombre ? C’est ce que nous allons voir à travers ces dix points.

Sommaire

1. Bien choisir son terrain pour la construction de votre bâtiment industriel

Le terrain est un des éléments les plus importants et déterminants dans la construction. Le choix de votre terrain industriel doit se faire de façon consciencieuse et réfléchie et au prix d’une attention redoublée à des critères très précis. En effet, ce dernier doit répondre sans faille à vos besoins. Il vous faut donc établir un cahier des charges pour orienter au mieux votre choix.

Les critères les plus importants à prendre en compte sont le lieu d’implantation et les caractéristiques du terrain et de son sol. Pour le lieu d’implantation, plusieurs choses sont à prévoir. En premier lieu, votre projet doit être compatible avec le Plan Local d’Urbanisme. Votre futur bâtiment devra répondre aux exigences de développement durable et d’urbanisme de la commune à laquelle il sera rattaché. En plus de la question du P.L.U., celle de la localisation en fonction du domaine d’activité doit être évidemment prise en compte. Votre terrain ne doit en aucun cas nuire à votre projet par un manque d’accessibilité. Trop éloigné de vos fournisseurs, de vos sous-traitants ou de vos partenaires, voire de vos clients éventuels, vous pourriez impacter votre activité. La localisation de votre futur bâtiment industriel doit aussi intégrer la viabilisation du terrain et son coût éventuel. Un raccordement aux différents réseaux d’eau, de gaz et d’électricité est plus que nécessaire et les raccordements doivent pouvoir être effectués sur le réseau existant à proximité de votre terrain. Le climat local et les implications énergétiques de ce dernier ont aussi leur importance pour l’isolation, le chauffage ou la climatisation de votre projet.

Au niveau des caractéristiques du sol, il existe aussi quelques points de première importance. Un terrain pollué est une source d’ennuis majeure, il convient de s’assurer de sa non-pollution. Le sous-sol doit être exempt de cavités ou de constructions, le terrain ne doit pas être sujet aux séismes ou inondations. Pour avoir la meilleure idée possible des caractéristiques et spécificités de votre terrain, l’appel à une mission G2 AVP est recommandée. Les résultats d’une étude de terrain complète permettront, en plus de vous assurer de la viabilité de celui-ci, de déterminer les techniques de construction à utiliser pour votre futur bâtiment.

Enfin, un point à ne pas négliger est le montant des taxes liées à votre utilisation de ce terrain. Renseignez-vous au mieux sur les taxes, comme par exemple la taxe d’aménagement, pour éviter toute déconvenue.

2. Le permis de construire et la conception d’un bâtiment industriel

Pour la constitution du dossier, il faut réunir plusieurs documents : le formulaire pour la demande de permis de construire, la déclaration comportant les éléments permettant le calcul des impositions. Le dossier doit être complété par des pièces jointes complémentaires. Parmi elles :

• Le code urbanisme.

• Le plan de masse des constructions.

• Le plan des façades et des toitures.

• Les normes d’accessibilité PMR et de l’ensemble des handicaps.

• La sécurité incendie: un permis de construire peut être refusé en raison de garanties insuffisantes contre le risque incendie.

• L’assainissement et le traitement des eaux usées: les conformités peuvent varier d’un endroit à un autre.

Il faut ensuite déposer le permis de construire. Ce dernier est obligatoire dès que la surface construite dépasse les 20 mètres carrés. Le délai d’obtention de ce dernier est en général de trois mois. Une exception existe cependant à ce délai. Il peut en effet être étendu à six mois si le terrain est concerné par les Architectes des Bâtiments de France. Une fois obtenu, le permis de construire doit être affiché et visible depuis l’extérieur de la zone de construction durant toute la durée de cette dernière. Il est recommandé de ne pas tarder à construire : trois ans après l’émission du permis, si les travaux n’ont pas commencé, celui-ci sera déclaré périmé. Le permis périmera de la même manière si les travaux s’interrompent plus d’un an. Lors de l’ouverture des travaux, une déclaration d’ouverture de chantier est donc à signer obligatoirement en mairie pour signaler le début d’ouvrage. Pareillement, en fin de travaux, dans un délai de 90 jours, une déclaration de fin de travaux devra être adressée à cette même mairie.

3. Les usages de votre bâtiment industriel

Il y a trois grandes types d’usage à envisager pour les bâtiments industriels : les bâtiments de stockage, les ateliers et les sites de production. Les bâtiments de stockage se déclinent selon plusieurs types. Il peut y avoir des hangars de stockage, des tunnels de stockages ou encore des entrepôts modulaires. La structure, la forme et la taille varieront selon l’utilisation du bâtiment et ce qu’il doit stocker. Leur structure peut être assez diversifiée et se faire dans plusieurs matériaux ; acier, bois, béton, association de plusieurs de ces matériaux. La déclinaison de types de bâtiments de stockage est extrêmement large et se fait au cas par cas en fonction des demandes et des besoins des clients.

Pour les PME ou certaines entreprises et usines, il peut être nécessaire de construire un ou plusieurs ateliers. De taille plus réduite que les sites de production, ils sont souvent essentiels au bon fonctionnement. La structure est aussi à concevoir en amont dans le cahier des charges, et certains ateliers se trouvent aussi parfois en kits. Les sites de production sont donc beaucoup plus vastes en moyenne que les ateliers et permettent à votre industrie d’y installer tous les outils et machines nécessaires à la production. Le bâtiment est conçu, comme les précédents, de manière à respecter les normes les plus drastiques de sécurité en fonction de sa future utilisation.

batiment-industriel-2

4. Les étapes de construction d’un bâtiment industriel clé en main

Plusieurs étapes incompressibles sont nécessaires dans la conception de bâtiments industriels. La première étape est la conception avec le client d’un avant-projet fiable et solide. Nous étudions attentivement le P.L.U. pour déterminer tous les paramètres à prendre en compte : l’emprise maximale au sol en pourcentage, la hauteur maximale de construction, la distance d’implantation par rapport aux voies adjacentes, la gestion des eaux pluviales, l’aspect architectural obligatoire du bâtiment.

Les contraintes de nos clients sont ensuite étudiées. Quel secteur industriel sera compris dans ce bâtiment, et quelles en seront les obligations ? Nous prenons en compte les flux de personnes et de véhicules en intérieur comme en extérieur des bâtiments ainsi que le nombre de personnes travaillant dans les bâtiments, pour réaliser au mieux ce dernier en respectant les normes.

Il faut en effet dès l’avant-projet songer à l’application de toutes les normes obligatoires : code du travail, réglementations énergétiques, sécurité incendie, accès aux personnes à mobilité réduite, normes pour les E.R.P…

Après la conception minutieuse de l’avant-projet, le dépôt du permis de construire est effectué. Obligatoire dès 20 mètres carrés de surface construite, il est en général obtenu trois mois après son dépôt si toutes les conditions sont respectées.

Une fois le permis obtenu, la déclaration d’ouverture de chantier est obligatoirement signée en mairie par le bénéficiaire du permis. Nous pouvons ensuite démarrer les phases de travaux. L’un des travaux préliminaires les plus importants est le terrassement. Le terrain choisi ne sera, la plupart du temps, pas adapté à la construction immédiate. Il faut d’abord modifier la topographie en remblayant ou déblayant. Bien que soumis à des aléas parfois imprévisibles, il est toujours possible de terrasser un terrain jugé convenable par l’étude des sols. En utilisant les matériaux du terrain, le sol de ce dernier va donc être nivelé par remblai ou déblai, et les matériaux en excédent seront évacués.

Une fois le terrain apprêté, le gros œuvre peut démarrer. Les fondations vont être creusées puis tous les éléments assurant la sécurité du bâtiment face aux plus fortes contraintes vont être construits et mis en place : murs porteurs, poutres, sols des étages éventuels, poutres de soutènement.

L’ossature montée, nous pouvons passer au second œuvre. Dans ce dernier, seront mis en place tous les travaux de charpente, pour finir de consolider le bâtiment, et de charpente légère ne portant pas d’étages. La couverture est ensuite effectuée. Viennent ensuite les étapes de bardage et de mise en place des façades, d’isolation extérieure, de menuiserie des portes et fenêtres. Les cloisons et les plafonds non porteurs sont posés, ainsi que tous les revêtements de sol et de mur. L’étape suivante est la liaison à tous les réseaux. Il faut installer dans le bâtiment toutes les tuyauteries pour l’eau courante et ses différents usages, mais aussi toute celle liée au chauffage. La plomberie extérieure est aussi montée durant cette étape. Il faut aussi relier le bâtiment à l’électricité, aux réseaux de gaz, et organiser la circulation de ces énergies à l’intérieur de ce dernier. Pour l’électricité, des circuits de courants forts et de courant faibles doivent être mis en place. C’est aussi durant cette étape que son mis en place les réseaux de téléphonie. Tous les éléments de climatisation, de fumisterie et de ventilations sont montés, les éléments de sécurité incendie, ainsi que les éventuels ascenseurs ou escaliers mécaniques.

Il ne reste ensuite plus que quelques étapes de finition. Les bureaux sont aménagés, les décorations sont faites dans tout le bâtiment, les peintures et indications au sol et murs sont effectuées.

Et enfin, une fois toutes ces étapes effectuées et la vérification de fonctionnement du bâtiment complet faite, la déclaration d’achèvement des travaux est envoyée à la mairie sous 90 jours. Vous pourrez effectuer la réception de chantier et accepter la livraison du bâtiment pour démarrer l’activité qui lui est dévolue.

5. Les composantes d’un bâtiment industriel

Il existe plusieurs types d’éléments dans la construction de bâtiments industriels. Dans la structure principale, nous retrouvons tous les éléments assurant la stabilité structurelle et les fonctions portantes. On y retrouve les maçonneries portantes, se déclinant selon plusieurs types de matériaux : briques, blocs, pierres… Ces maçonneries peuvent être enterrées, ce sont les fondations directes, ou en surface pour les murs de contre façade porteurs et les murs extérieurs. On y retrouve aussi les structures de charpente principale soutenant les étages principaux et le toit. Les colonnes et piliers métalliques font eux aussi partie de la structure principale, et certains escaliers peuvent aussi être porteurs.

Les éléments de structures secondaires, quant à eux, ne sont pas porteurs. Ils comprennent notamment les balcons, les auvents, les passerelles métalliques, mais aussi tout ce qui assure leur sécurité comme les garde-corps ou les rampes. Aux côtés de ces éléments, on retrouve toutes les séparations internes, les menuiseries et les encadrements de ces dernières, les bardages internes et externes de tous matériaux, ainsi que les éventuels ajouts de mezzanines dans les bureaux. Dans les éléments importants, se trouvent aussi :

– Les isolants : l’isolation peut se faire de plusieurs manières très diverses. Elle peut autant se faire en panneaux synthétiques, végétaux ou minéraux qu’en rouleaux, à projeter, souffler, injecter, verser, et même en blocs. Le type d’isolation effectuée dépend bien évidemment des contraintes du P.L.U et des volontés du client.

– Les conduits de fumée et de ventilations.

– La couverture du bâtiment : divers revêtements sont possibles, comme la tôle bac acier, le fibrociment. Vous pouvez également opter pour la mise en place de panneaux photovoltaïques ou de translucides pour apporter de la lumière dans le bâtiment.

6. Les avantages de la charpente métallique

De plus en plus de bâtiments industriels se font avec une charpente intégralement en acier. Il existe plusieurs raisons intéressantes justifiant le choix de cette matière. Un des avantages les plus importants est la grande solidité et durabilité dans le temps de l’acier qui constitue ces charpentes. Les contraintes s’exerçant sur ces dernières sont fortes et les charpentes métalliques sont d’une résistance à quasi toute épreuve. Sa fiabilité couvre aussi, en plus de la répartition efficace de l’effort de charge, la résistance à de nombreux aléas. Cela couvre notamment les incendies, les vents forts ainsi que les inondations. A cela, s’ajoute le peu d’entretien nécessaire pour assurer la pérennité de la structure.

Construire une charpente métallique comporte aussi des avantages non-négligeables en termes de gain de temps et d’économies financières en comparaison à d’autres matériaux comme le bois.

Construire une charpente en acier se fait le plus souvent en dehors du site d’assemblage final, ce qui réduit drastiquement les nuisances de travaux sur votre terrain. De plus, il ne suffit que de quelques jours, une fois la charpente livrée, pour effectuer le montage définitif et enchaîner sur la couverture, le bardage, l’isolation… En termes d’économies financières, le premier gain est dans cette rapidité de construction. On estime qu’une économie de près de 10% du prix moyen de la charpente est réalisée si cette option est choisie. Mais les économies se voient aussi sur le long terme. La charpente métallique possède une faible inertie thermique, ce qui permet de chauffer rapidement l’intérieur du bâtiment. Combinée à une isolation efficace, elle permettra de réduire les pertes énergétiques et la pollution qui en découle, soulageant nettement les coûts en chauffage et/ou en climatisation.

Construire une charpente métallique, c’est s’assurer aussi d’un impact réduit sur l’environnement. L’acier étant recyclable intégralement sans aucune perte de ses capacités ni de sa matière, il s’agit d’un matériau extrêmement propre. En recyclant l’acier ou en construisant une charpente en acier issu d’un circuit de recyclage, vous économiserez jusqu’à 70% du poids énergétique de sa production, et jusqu’à une fois et demie son poids en dioxyde de carbone.

Utile, autant dans la construction de bâtiments de stockage que dans celle de bâtiments de production, et même de bureaux, la charpente métallique est un atout de choix pour votre futur bâtiment industriel.

batiment-industriel-3

7. Les réglementations en vigueur : code du travail, ERP, RT 2012

Les bâtiments industriels sont soumis à des réglementations précises. Ces réglementations proviennent du code du travail et des règles concernant les Etablissements Recevant du Public et visent la sécurité des usagers du bâtiment, ainsi que de la Réglementation Thermique 2012.

Le maître d’ouvrage, lors de la conception d’un bâtiment industriel recevant des travailleurs, doit veiller à mettre en oeuvre toutes les normes visant à les sécuriser. Dans ces règles de sécurité, sont incluses les voies de circulation adaptées aux piétons et véhicules. Le code du travail encadre aussi les ouvrants, les planchers, les portes et les portails. Ces derniers ne doivent en aucun cas pouvoir mettre en danger les travailleurs. Les quais de chargement doivent absolument avoir la taille requise pour accueillir et faire transiter les charges en fonction de leurs dimensions et poids. Ils doivent notamment être dotés d’issues pour piétons et posséder toute la signalisation pour éviter la chute des travailleurs. Une bonne visibilité étant obligatoire pour minimiser les accidents, la luminosité doit être bonne dans tout le bâtiment. La lumière naturelle doit être présente au maximum sauf en cas d’impossibilité liée à la nature du travail. Des balisages et blocs antipanique lumineux doivent aussi être installés. La sécurité incendie étant majeure, le code du travail impose la présence d’extincteurs de 6l minimum par 200 mètres carrés et par niveaux. Des alarmes d’incendie sonores doivent aussi être présentes, et, dans les locaux de plus de 300 mètres carrés, les sous-sols, les escaliers et les locaux de plus de 100 mètres carrés en aveugle, un système de désenfumage sera obligatoire. Les normes imposent aussi bien évidemment l’accès aux travailleurs handicapés. Les lieux de travail doivent permettre aux Personnes à Mobilité Réduite une circulation et un accès facilités. La priorité doit être mise à un repérage, une communication, une évacuation et une circulation en totale autonomie.

Les consommations énergétiques de l’industrie étant importantes, la Réglementation Thermique 2012 a été instaurée en 2008 pour les limiter. Il existe trois grandes exigences pour cette norme. La première est l’optimisation de l’efficacité énergétique. Le Besoin bioclimatique est la faculté d’un bâtiment à éviter d’utiliser trop d’énergies artificielles. La valeur maximale du Bbio ne doit pas dépasser un certain seuil. La seconde est la limitation de la consommation énergétique. Le chauffage, la lumière, la climatisation, l’électricité, toute la consommation doit être limitée à 50 kWh par mètre carré par an. Certains éléments ne sont cependant pas pris en compte dans le secteur tertiaire. Dans ces éléments sont comptés le matériel informatique et bureautique et les ascenseurs par exemple. La troisième exigence est la Température Intérieure Conventionnelle. La TIC désigne la température interne d’un bâtiment à ne pas dépasser lors de cinq jours consécutifs de chaleur.

Il s’agit d’une température de référence permettant aux employés de travailler dans des conditions plus confortables en été. Le RT2012 est déterminé par une étude thermique avant le dépôt du permis de construire.

Il existe d’autres normes lorsque les bâtiments sont classés E.R.P. Les bâtiments recevant un public extérieur doivent assurer une évacuation rapide et sécurisée du public. Une voirie doit être à proximité pour faciliter cette dernière. Les risques d’incendies doivent être diminués au maximum et les matériaux de construction choisis en conséquence. L’éclairage se doit d’être exclusivement électrique et aucun matériau dangereux ne doit se trouver dans les espaces où circule le public. Pour la sécurité incendie, des plans précis d’évacuation des locaux et des consignes d’évacuation et de sécurité doivent être disponibles à chaque niveau et dans chaque salle contenant plus que cinq personnes, ainsi que dans les vestiaires et salles de repos.

8. L’aménagement de vos bureaux

Pour aménager des bureaux dans votre bâtiment industriel, il faut tout d’abord prendre en compte les mêmes réglementations que pour le reste du bâtiment. Le code du travail y reste d’actualité de la même manière, ainsi que la RT2012 et les normes pour les personnes à mobilité réduite. Généralement, les bureaux se composent de quelques pièces et aménagements bien distincts. On y trouve les bureaux de direction et d’administration, le réfectoire, les salles de repos, les sanitaires et douches, mais aussi les salles d’archives, les salles de stockage, les bureaux des salariés et les open spaces.

Pour aménager toutes ces configurations de bureaux, plusieurs éléments sont utiles. Il y a en premier lieu besoin de cloisons amovibles. Pour séparer chaque pièce ou chaque bureau en open space, délimiter et organiser, ces cloisons sont une nécessité. Plusieurs types existent : vitrées, semi-vitrées, pleines, voire même acoustique. L’avantage de la plupart de ces cloisons est leur capacité à être modulables et aménageables en cas de changement de configuration des lieux.

Il faut ensuite, pour un aménagement correct des bureaux, choisir le mobilier et les fournitures de bases qui serviront aux travailleurs. Les bureaux, meubles de rangement, les tables, fauteuils et sièges, tout ce mobilier doit être prévu à l’avance pour un agencement optimal du lieu de travail.

Pour les pièces de stockage et d’archives, réel casse-tête dans la plupart des entreprises, les systèmes de rayonnage doivent aussi être étudiés. Ces derniers doivent permettre de ranger des documents pour libérer de l’espace dans les bureaux, mais aussi permettre d’y accéder de façon aisée et organisée.

Pour pouvoir optimiser au mieux l’espace de production ou de stockage dans votre bâtiment, la possibilité d’installer vos bureaux en mezzanine est plus qu’intéressante. La mezzanine permet de doubler ou même tripler la surface de votre espace industriel, mais permet aussi l’installation de bureaux de façon rapide et peu coûteuse.

Fabriquée sur-mesure, elle sera parfaitement ajustée à la taille de vos locaux et peut même se concevoir après la construction. Avantage non-négligeable, la construction d’une mezzanine métallique de bureaux peut s’effectuer sans permis de construire, et donc se faire d’autant plus rapidement en cas de besoin.

9. Le prix d’un bâtiment industriel

La construction d’un bâtiment industriel ne compte pas seulement la fabrication du bâtiment lui-même. Elle compte aussi tous les coûts annexes. Comment bien estimer le coût de cette construction ?

Si la moyenne des prix de construction tourne autour de 400 € par mètre carré, la diversité des projets de bâtiments est telle qu’il est difficile d’avoir une moyenne fiable du coût total. Il est cependant possible d’arriver à des estimations en prenant en compte les différents éléments importants dans la construction d’un bâtiment. Le premier des coûts est l’achat du terrain. Son emplacement va déjà déterminer son prix d’achat. Toutes les communes ne pratiquent pas les mêmes tarifs au mètre carré, et plus les villes sont étendues, plus le prix sera élevé. En plus des études pour s’assurer de la viabilité du terrain pour votre projet, le coût de terrassement doit être pris en compte en sachant que seules les études pourront donner une indication fiable et définitive sur la quantité de travaux à prévoir et leur prix final.

Dans les prix de construction sont compris plusieurs corps de métier et donc, par extension, plusieurs entreprises différentes. Le terrassement, le premier et second oeuvre ne seront en effet pas effectué nécessairement par les mêmes entreprises. Une possibilité pour réduire le coût d’appel à différents intervenant est possible, il vous suffit d’appeler un contractant général. Ce dernier pourra mettre à votre disposition les acteurs de construction nécessaires à votre projet tout en étant l’unique prestataire que vous rémunérerez. L’appel à contractant général permet notamment de chiffrer en amont le coût total des travaux.

Pour les projets peu complexes, une des solution les moins onéreuses est la livraison de bâtiments pré-fabriqués standardisés. Ces bâtiments réduisent drastiquement les coûts et les temps de construction tout en répondant à toutes les normes et exigences d’un panel correct d’entreprises.

Il est aussi à noter que des aides des collectivités et de l’Etat existent pour soulager les entrepreneurs de trop grosses charges financières. Si votre construction s’effectue par exemple dans une Zone de Redynamisation Urbaine (Z.R.U.), ou dans une Zone Franche Urbaine (Z.F.U.), vous pourrez bénéficier de plusieurs types d’avantages fiscaux qui allégeront le prix total de construction de votre bâtiment industriel.

batiment-industriel-4

10. Quelles différences entre un bâtiment industriel standardisé et un bâtiment industriel sur mesure ?

La question peut se poser au moment de la création de votre projet, comment choisir entre un bâtiment industriel standardisé et un bâtiment sur-mesure ?

Le bâtiment sur-mesure est une construction qui nécessite des temps longs et plusieurs types d’équipes de montage spécifiques, comme nous avons pu le voir précédemment. Il faut s’assurer de toutes les réglementations et normes, tout doit être calculé par l’initiateur du projet en amont pour éviter de grandes déconvenues par la suite, voire l’annulation pure et simple du projet. Les matériaux et les éléments constituant ces projets sont fabriqués spécifiquement pour, et le prix final s’en ressent. De nombreuses études doivent être menées avant le début des travaux, et même pendant ces derniers. L’ingénierie est donc elle aussi spécifique et doit s’adapter à un projet très précis. Cette solution parfois nécessaire pour des bâtiments spécifiques est donc longue et coûteuse à mettre en œuvre. Si le choix de cette solution est parfois indispensable, il existe cependant une autre possibilité de constructions industrielles répondant aux besoins de la plupart des entreprises.

Le bâtiment standardisé est cette solution. Pour construire un bâtiment standardisé, il n’y a plus besoin de penser à la majorité des normes. Incendies, P.M.R., code du travail, impact environnemental, tout est déjà pris en compte dans ce type de bâtiments et l’entrepreneur n’a plus qu’à choisir quelle forme construire. Les matériaux de constructions sont uniformisés, ce qui réduit drastiquement les coûts d’installation. De plus, de nombreuses pièces sont déjà en stock chez la plupart des concepteurs. Cela permet de réduire, en plus des frais, le temps de fabrication total du bâtiment. La standardisation du bâtiment implique aussi un temps de montage et de livraison beaucoup plus rapide que le bâtiment sur-mesure. Le bâtiment standardisé est donc un choix à ne pas négliger lors de la conception de votre projet de bâtiment industriel, il peut faire économiser à votre entreprise une somme de temps et de frais globaux relativement conséquente.

Vous souhaitez construire un bâtiment industriel ? Notre service commercial, vous informe gratuitement sur les aides européennes, nationales et locales auxquelles votre entreprise peut prétendre.

N’hésitez pas à nous contacter !